Âmes volées

Stuart Neville

Informations générales

416 pages
Editions Payot et Rivages
2013

Biographie de l’auteur

Stuart Neville est originaire d’Armagh, en Irlande du Nord. Après des études de musique, il s’est consacré au design multimédia.

Présentation de l’éditeur

L’inspecteur Jack Lennon aurait bien aimé passer Noël avec sa fille, mais la police de Belfast est confrontée à un trafic de filles venues de l’Est, orchestré par des Lituaniens alliés à un groupe de Loyalistes. Galya, jeune prostituée ukrainienne, a pris la fuite après avoir tué l’un des deux chefs du gang. Lorsque le corps de Tomas est découvert, son frère Arturas n’a plus qu’une pensée en tête : rattraper Galya et assouvir sa vengeance. Que faire quand on est sans papiers dans un pays inconnu, qu’on a tué un homme et qu’on est poursuivie par des Lituaniens enragés? Se tourner vers un protecteur. Galya a confiance en ce mystérieux client qui lui a promis de l’aider. Ce que la jeune fille ne sait pas, c’est que cet homme représente la pire menace qu’on puisse imaginer.

Dans ce troisième volume de la trilogie de Belfast, on retrouve l’inspecteur Jack Lennon aux côtés d’une héroïne inoubliable qui lutte pour sauver sa vie.

Extraits
« Je m’appelle Galya Petrova, dit-elle. S’il vous plaît, aidez-moi. 

- Où êtes-vous ? demanda l’homme.

- Je ne sais pas. Sous un pont. Près de l’eau.

- Regardez autour de vous, dit-il.

- Je vois un grand bâtiment… En verre, avec du métal rouge. J’entends des voitures sur le pont. Il y a des grues et des clôtures partout.

-Je comprends, dit-il. C’est l’immeuble du Royal Mail. Ne bougez pas. Restez sous le pont. Ne vous montrez pas. Je vous trouverai.

Les larmes affluèrent dans la gorge de Galya.  « Merci », dit-elle avant de raccrocher. Elle recula plus profondément dans l’ombre, serrant le téléphone contre sa poitrine comme un nouveau-né.

L’après-midi même – non, c’était déjà hier-, Rasa était entrée dans la chambre où on la tenait enfermée depuis presque une semaine. Elle avait annoncé à Galya qu’elle commençait à travailler aujourd’hui.

Galya savait de quel genre de travail il s’agissait.

Rasa avait posé sur le lit des sous-vêtements minuscules, transparents, et une paire de chaussures par terre. Des chaussures avec des semelles compensées et des talons si hauts que Galya n’aurait jamais pu marcher en les portant.

« Déshabille-toi, ordonna Rasa qui parlait un russe emprunté.

Enfile ça.

-Non , dit Galya.» 

p.72

« La chose en haut hurlait depuis une heure, peut-être plus, quand Billy Crawford finit par monter pour la faire taire. Ayant bouclé les préparatifs, il était prêt à commencer, mais il ne tôlerait pas ses cris incessants au-dessus de sa tête pendant qu’il se consacrait à sa tâche. Non, absolument pas. Il fallait donc lui rendre une petite visite. Quand il ouvrit la porte, le visage pâle et flétri se souleva sur le lit, bouche ouverte, tourné sans direction.

« Tais-toi maintenant », dit-il en approchant.

Mais elle se plaignait encore.

« Je vais te faire taire si tu n’obéis pas. »

En vain, elle refusait d’entendre raison. Il sortit la seringue de sa poche. La chose secoua la tête, essaya d’échapper à la main qui se tendait vers elle, mais elle ne pouvait pas. Il la saisit par les cheveux et força la seringue dépourvue d’aiguille entre les lèvres, puis, nulle dent n’obstruant le passage, entre les gencives. Il enfonça encore, sentit que la chose tentait de résister avec la langue, poussa plus fort. Elle s’étrangla quand la seringue atteignit sa gorge. » 

p.255

Critiques

« Comme eux, Stuart Neville vient nous démontrer que l’Irlande est un pays où la violence demeure sous-jacente après des années de guerre civile et qu’il existe des écrivains de talent pour nous en parler. Stuart Neville est de ceux-là. Il s’est déjà imposé avec ses deux premiers romans, ce troisième dans le genre vient confirmer qu’il se place parmi les leaders dans son domaine. Gageons qu’il n’a pas fini de nous étonner.» Le Nouvel Observateur, 06/10/2013

« Le récit avance à une cadence élevée, mais sans laisser le lecteur sur le bord de la route. Il y a largement autant d’action que dans n’importe quel film d’action hollywoodien, à la différence qu’ici les personnages sont travaillés (donc crédibles), les dialogues accrocheurs et l’ensemble extrêmement bien ficelé. » ActuaLitté, 06/12/2013